User account

Peter Kurzeck: Un été sans fin

Peter Kurzeck

Un été sans fin

Translated by Cécile Wajsbrot

with an afterword by Cécile Wajsbrot

Softcover, 64 pages

« Le présent, ce n’est quand même pas seulement ici et maintenant. »

Allemagne, année 1958 : dans le quartier rouge qui s’étend aux abords de la gare de Francfort, le jeune Peter Kurzeck entame une aventure littéraire à laquelle il n’a toujours pas mis de point final. Tableau d’une entrée mouvementée dans la vie, Un été sans fin restitue la magie séductrice d’une grande ville dans l’Allemagne d’après-guerre à travers une réflexion sur la force poétique du souvenir. Car pour Peter Kurzeck, ce qui a été vécu reste pour toujours à portée de main. Au lieu d’assujettir ses récits à un mode de narration linéaire, l’écrivain préfère galvaniser le temps, les souvenirs et les images intérieures : suivre les méandres de l’existence, être à l’écoute des associations d’idées, rassembler des
instantanés, s’attarder sur certains détails et restituer des ambiances. Régulièrement comparé à James Joyce pour la complexité de ses structures narratives, à Marcel Proust pour son fétichisme de la mémoire, à Alfred Döblin pour ses personnages de petits bourgeois, d’ouvriers et d’alcooliques citadins, Peter Kurzeck est certainement l’un des plus illustres – et injustement méconnus – représentants de la littérature allemande contemporaine.

« Kurzeck mêle la microscopie pénétrante d’Uwe Johnson à la jouissance d’écrire baroque de Günter Grass dans un courant narratif tout à fait inédit. » Fritz J. Raddatz

My language
English

Selected content
English, French

Peter Kurzeck

Peter Kurzeck

était un écrivain allemand. Il a vécu entre Francfort et Uzès, dans le sud de la France. Lauréat de nombreux prix littéraires (Alfred-Döblin en 1991, Hans-Erich-Nossack en 2000, Georg-Christoph-Lichtenberg en 2008), il a profondément marqué la littérature allemande avec un projet unique en son genre, celui d’une chronique autobiographique et poétique en douze tomes. Il est décédé le 25 novembre 2013.

« Le présent, ce n’est quand même pas seulement ici et maintenant. »