Alessandro Gallicchio

est depuis 2021 maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Sorbonne Université et membre du centre André-Chastel. Docteur en histoire de l’art des universités de Florence, Paris-Sorbonne et Bonn (2016), il interroge dans ses recherches les méthodologies élaborées par l’histoire sociale et politique de l’art. Il s’intéresse aux influences du nationalisme et de l’antisémitisme dans la construction du discours artistique et aux rapports entre art, architecture et espace urbain dans les Balkans et en Méditerranée. Lauréat de la bourse André-Chastel de la Villa Médicis 2020 et chercheur en résidence à l’École française d’Athènes en 2021, il a récemment développé des réflexions sur les « paysages urbains dissonants » à partir de la confrontation entre art, histoire et mémoire. Il a publié, avec Pierre Sintès, Monument en mouvements. Artistes et chercheurs face à la monumentalisation contemporaine (2020), qui présente les résultats de MonuMed, un projet de recherche en art et sciences humaines et sociales, lauréat de l’appel de l’Idéx d’Aix-Marseille Université. En 2020, il a été le commissaire général du projet de recherche et d’exposition Rue d’Alger dans le cadre de la biennale d’art contemporain Manifesta 13, qui est à l’origine d’un catalogue d’exposition homonyme et d’un ouvrage scientifique. En tant que commissaire d’exposition, il collabore avec de nombreuses institutions en France et à l’international.
Bibliographie
  • Judaïsme
  • fascisme
  • Paris
  • 20ème siècle
  • critique d'art
  • antisémitisme