Joseph Mitchell

Joseph Mitchell

 (1908 – 1996) est né dans une ferme de tabac et de coton en Caroline du Nord (États-Unis).
Après de brèves études, il attire l’attention d’un éditeur grâce à un reportage et s’installe définitivement à New York en 1929. Il relate alors pour le Morning World et le Herald Tribune, puis pour le New Yorker, où il passera cinquante- huit ans, les rues de la ville et la vie des hommes qui les peuplent. Après la publication de ses articles sous forme de recueils, il s’est vu récompensé par l’Académie des Arts et des Lettres en 1965 et par le prix de littérature de Caroline du Nord en 1984. Sa passion pour ceux qu’il refuse d’appeler les petites gens, son intérêt pour les marginaux et les oubliés du rêve américain, son style élégant et soigné ainsi que son humour caustique en font l’un des inventeurs d’un nouveau journalisme de terrain et lui ont valu le surnom de « parangon des reporters ».

« Joseph Mitchell n'était pas seulement un écrivain génial. Il fut également un grand moraliste. C'est une raison supplémentaire pour le relire aujourd'hui. » Verena Lueken, FAZ.

Autres textes de Joseph Mitchell parus chez DIAPHANES
Bibliographie
  • Français
  • 2016
  • Anglais
  • 2008
    My Ears Are Bent (Reprint edition), London, Vintage
  • 2008
    The Bottom of the Harbor (1. Aufl. 1960), Ort, Pantheon
  • 2005
    Old Mr. Flood (1. Aufl. 1948), Ort, MacAdam/Cage Publishing
  • 1993
    Up in the Old Hotel, London, Vintage
  • Allemand
  • 2003
    Joe Goulds Geheimnis, Köln, Kiepenheuer & Witsch
  • quotidien
  • burlesque
  • New York
  • 20ème siècle
  • la mort
  • journalisme
  • gastronomie
  • reportages